La classe de droit de 10e année – Procès simulé

Proces_simule_A.Spencer

Gurbaj Singh Multani, un élève de 12 ans, dans une école de Montréal est membre pratiquant de la religion sikhe.  Il a toujours porté sous ses vêtements son kirpan, un couteau de cérémonie.

En 2006, Gurbaj a accidentellement laissé tomber son kirpan dans la cour d’école.  En vertu du règlement, il est interdit d’apporter à l’école des objets dangereux comme des couteaux ou des armes.

 

La classe de droit de 10e année s’est inspirée de ce cas qui est allé jusqu’en cour suprême.  Les élèves ont fait une simulation de la première instance. Nous avions le plaisir d’avoir parmi nous le Juge Stephen Hamilton et Me Dugan. Nous tenons aussi à remercier Me Lango et Me Shea pour leur aide lors de la préparation.

 

Voici quelques commentaires des élèves:

 

Pendant le procès, j’ai appris beaucoup sur le langage judiciaire et la religion sikhe, mais plus important que ça, j’ai appris sur le droit en général. Ma perception initiale était celle d’un débat et que le résultat dépendrait de moi. J’ai mal estimé le rôle des témoins et du juge dans le procès. C’était un processus de recherche difficile, mais en même temps enrichissant. – Albert Spencer ’15

 

J’ai appris que ce n’est pas possible de tout écrire, de tout anticiper dans un procès. Des fois, les juges peuvent poser des questions qui vont t’amener dans une autre direction. C’est important d’être prêt à écouter et de s’adapter à la situation. J’ai aussi appris qu’on ne peut pas faire de présomption et que dans un procès, certaines questions peuvent seulement être posées aux experts. – Iris Bi ’15

 

J’ai appris à propos de la religion sikhe et de l’histoire incroyable des gens qui pratiquent cette religion. J’ai aussi appris d’autres parties dans la Charte, comme les articles 15 et 7. Enfin, j’ai appris à propos de certains des règlements dans les commissions scolaires du Québec. – Francesco Cammalleri ’15

 

J’ai appris beaucoup de choses sur la foi sikhe. Si ce n’était pas pour ce processus, je ne pense pas que j’aurais pu avoir la même compréhension de la religion maintenant. J’ai aussi appris à me condenser mon écriture. De toutes les recherches que j’avais à faire, le plus difficile a été de trouver la jurisprudence. Il y avait beaucoup de lecture à faire, et cela a vraiment testé mes capacités de compréhension, mais j’ai  trouvé des bons cas de jurisprudence. – Nora Althani ’15

 

J’ai appris à bien écouter l’opinion et noter les faits apportés par l’autre partie afin de renforcer mes propres arguments. Je connaissais très bien le procès puisque j’ai pu jouer le rôle d’une élève qui était absente. J’ai questionné Gurbaj, fait la plaidoirie pour la Commission Marguerite Bourgeoys tout en témoignant comme directrice de la Commission. – Cassie Heward ’15

 

Évidemment, j’ai beaucoup appris sur la religion sikhe. J’ai aussi appris comment mieux organiser mes idées avec le Google Doc (qui a beaucoup aidé) et j’ai développé une bonne méthode de recherche. J’ai appris tellement de nouvelles informations par rapport au droit cette année et mes expériences préférées étaient d’aller au Palais de Justice et la médiation. – Gabriel Mashaal ’15

 

Il faut toujours se préparer, savoir qu’est ce que l’autre côté pourrait dire, faire en sorte qu’on sache toujours quoi répondre, peu importe la question qu’ils nous posent. C’était une expérience de plus qui nous a servi à apprendre comment bien défendre notre version de la cause. – Emma Pridham-Leroux ’15

 

J’ai appris qu’il est parfois très difficile de travailler dans une plus grande équipe, mais enfin c’est beaucoup mieux, car on s’aide entre nous et on a échangé beaucoup d’idées et d’inspiration dans le groupe. J’ai aussi appris que dans beaucoup de cas, il n’y a aucune bonne réponse, et que celui qui « gagne » est celui qui présente ces points de la façon la plus convaincante. – Julia Ryan ’15

 

Je dirais que la chose que j’ai apprise durant nos deux procès cette année est d’écouter. Il est très difficile d’écouter quelqu’un quand vous voulez parler, ou quand vous savez ce qu’il va dire est l’opposé de ce que vous voulez dire. Mais, j’ai appris d’essayer de comprendre l’autre côté de l’argument au lieu de discuter en cercle. C’est beaucoup plus efficace quand on écoute… On fait du progrès. – Lydia Safi ’15

 

Durant le procès j’ai bien écouté tout le monde et j’ai pris des notes pour aider Iris avec sa plaidoirie. J’ai bien aimé cette expérience, car on était plus indépendant que le premier procès et je pense qu’on était plus préparé. – Francesca Scadera ’15

 

J’ai pris conscience de la quantité de stress et de travail que le greffier a durant un procès. Je n’étais pas au courant de la difficulté de sa tâche. J’ai aussi appris après le procès que dans la réalité, c’est la juge qui s’occupe du temps.-Dorothea Vlahogiannis ’15

Mackay Centre Students Inspire

2013_14_CommServ_MacKay_Centre_07At the beginning of the year, Klara, Zoe, Alessandro, Vikki, Franky, Logan, Lyndsay and I went to Camp Massawippi for three days with Ms. Leiter to work with students from the Mackay Centre. We spent our time taking walks, watching movies and doing arts and crafts with them. We had an amazing time and formed bonds that will never be broken. By the time we came back to school, we already missed the kids so much that we decided to plan one last visit.

 

Last Wednesday, we finally went back to the Mackay Centre. We painted flowers with the students and made cards for Mother’s Day. We had a lot of fun with the kids and it was really great to see them again.

 

The Mackay students were so inspiring. They taught me to try and make the best of every situation. All of them had disabilities, yet they were some of the happiest children I’ve ever met. This whole experience has been amazing and I will never forget it. – Olivia Black ’13

La jolie France – Semaine 4: Lille et la crème chantilly

2013_14_LyceeStVincent_IlanaSinger_17

Ce weekend, nous sommes allés à Lille pour une réunion avec le groupe « Les Écoles du Désert », et pour voir les cousins de Marie. Les Écoles du Désert est une organisation qui aide les enfants qui habitent au Burkina Faso; pour distribuer les outils nécessaires pour l’école, comme des cahiers, des stylos, etc. Les enfants entre onze ans et treize ans peuvent gagner la chance d’y aller. Il y a environ soixante-quinze enfants qui gagnent, un dans chaque magasin d’une chaine en France et en Belgique. Il y a deux ans, Marie est allée aider les enfants au Burkina Faso. Chaque année, ils ont une réunion avec tout le monde qui est allé aider les enfants. Pendant la réunion, on a regardé un film des enfants qui y sont allés cette année. Après le film, il y avait des apéritifs et des desserts français.

 

Après cette journée intéressante, nous sommes allés chez les cousins de Marie. Ils habitent dans une ville qui s’appelle Louvil. On a dormi chez eux et le lendemain nous avons marché dans la petite ville. Dans les rues, il y avait des gens qui vendaient des choses dont ils n’avaient plus besoin et quatre manèges. Léonora, la petite sœur de Marie, a acheté des bracelets à la vente. Après notre tour, nous sommes allés sur les manèges et nous avons mangé des crêpes et des gaufres. C’était très amusant et très bizarre qu’il y ait tout ça dans une petite rue.

 

 

Cette semaine la maman de Marie, Emmanuelle, m’a montré comment faire la vraie crème Chantilly. C’était magnifique et vraiment délicieux. D’abord, on doit acheter la crème liquide entière et un bol froid; s’il n’est pas froid, ça ne va pas transformer en crème épaisse. Après, on la mélange avec un batteur électrique pour qu’elle soit plus épaisse. On peut ajouter du sucre ou un colorant alimentaire si ça te plait! – Ilana Singer ’16

La Jolie France – Semaine 1: Le voyage de l’année est enfin arrivé!

 

Je suis finalement arrivée en France le 16 mars à huit heures du matin après des mois d’attente pour rencontrer la famille de ma correspondante Marie. Dès que j’ai récupéré mes valises à l’aéroport et que j’ai rencontré la famille de ma correspondante, mon trajet a commencé!

 

La famille était très sympathique lorsqu’ils m’ont souhaité la bienvenue dans leur maison. Les parents de Marie, Xavier et Emmanuelle, cuisinent tous les repas dans la maison et ils sont vraiment bons. Sa petite sœur, qui s’appelle Léonora, chante tout le temps dans sa chambre et ça éclaire toute la maison. Enfin, il y a son petit frère qui s’appelle Noé, et il aime jouer avec des legos. Il n’y a pas un moment ennuyeux dans cette maison. La famille habite à Chantilly qui se trouve une heure en dehors de Paris, avec une population d’environ 11 000 habitants.

 

À Chantilly il y a des maisons qui ont l’air anciennes, mais très classiques et élégantes. Il y a beaucoup des choses à visiter dans cette ville. Par exemple, il y a le Château de Chantilly, L’Église Notre-Dame de Chantilly, l’Hippodrome de Princes de Conde, et bien sûr, beaucoup des magasins et restaurants à côté de sa maison. J’aime beaucoup le paysage, et la température est beaucoup mieux comparée au froid de Montréal. J’ai hâte de commencer l’école et de rencontrer les amis de Marie! – Ilana Singer ’16, Lycée St-Vincent à Senlis

Round Square: Integrating Leadership Into Everyday Life

Over the week of January 27, five LCC grade 10 students, James Kastner, Zack Shine, Victoria Kalisky, Jennifer Beallor, Arianna Galbraith along with myself, Jessica Lackstein travelled to Haliburton, Ontario. We represented LCC at the Round Square Regional Conference of the Americas hosted by St. Clements School and Bayview Glen School. Students travelled from all corners of the globe in order to attend this conference.

Upon arrival at the hotel our first welcome was from two Colombian students. We exchanged information and instantly became friends. As more and more delegates from their respective countries began introducing themselves to us we came to the realization that although we came from complete different corners of the world, we have much in common.

While riding the three-hour drive up to Camp Wanakita, everyone was beaming with laughter, cheer and pride. I recall sitting on the bus with my friend and saying, “ I can’t believe students travelled all the way from Australia!” Just then, someone from Australia peeked through the crack between our chairs and said, “Australia? I’m sorry but you said Australia! That’s where I’m from!” From all his pride and excitement I knew the people I would meet and the friendships I would make would last forever. From that moment on all my worries and fears had diminished and I was more than ready for what the next four days had to offer.

At the camp we participated in various outdoor activities such as: snowshoeing, cross-country skiing, high ropes course and dogsledding, an obvious favourite. Although it seems as if it was all “fun and games” we incorporated many new leadership skills into each activity. Whether it was helping the driver guide the dogsled through the blistering cold or encouraging your friend to climb the high ropes course, there were leadership skills involved in every process.

The most challenging yet most educational activity was an indoor evening activity. Twenty-three different qualities such as: love for learning, curiosity and open-mindedness were all placed on the floor and we were told to sit at the one that we felt was our strongest. It took a good three minutes for everyone to decide where they felt the strongest connection and even then people still had a very distinct look of uncertainty on their face. Once everyone had decided, we were asked to stand up one by one and explain to a room of about 50 people why we felt this was our strongest quality. To be able to stand up in front of 50 complete strangers and talk about myself was one of the hardest challenges.

After completing the first exercise, we had to then sit by our weakest quality and address the room once more. One by one, we all got up and addressed the room. Not only were we speaking up about our weaknesses and our strengths but we are also becoming more self-aware. As more people spoke, the room got louder and more people voiced their opinion. Everyone seemed far more motivated and determined to succeed and most importantly more aware of their position in the world.

The conference was an experience of a lifetime. To anyone interested in attending a conference, whether it is the junior or the senior Round Square, I highly recommend attending. The bonds created and lessons learned will last forever. Most importantly, we learned what it takes to be a great leader and how to integrate leadership qualities into every thing you do in life.  – Jessica Lackstein ’15